Les avantages d’avoir un chevalet pour peindre

Tout dessinateur ou peintre travaille en général sur un chevalet. Accessoire pratique et au bon rapport qualité prix, le chevalet dispose d’atouts non négligeables qui facilite le travail de peinture. Voyons cela ensemble.

Pourquoi doit-on utiliser un chevalet de peinture ?

chevalet de peintreIl existe de nombreuses raisons qui poussent les peintres à utiliser les chevalets pour parfaire leurs œuvres. Tout d’abord, le bras est plus libre de se mouvoir dans l’espace sur une position verticale par rapport à l’horizontale (ou une position à plat). De ce fait, le geste ne sera plus bloqué par la surface horizontale. Cela nécessite seulement quelques entrainements, car l’on a été habitué à peindre sur une surface horizontale depuis l’enfance.

Utiliser un chevalet permet aussi de peindre sous différents angles. Si l’on souhaite reproduire un modèle avec les proportions correctes, il sera nécessaire de peindre à la verticale, et donc d’utiliser un chevalet. En effet, lorsqu’on peint sur une table par exemple, l’angle de vue que l’on a est alors très pointu, non loin de l’horizontale. De ce fait, l’image reproduite sera allongée. Ce phénomène est surtout remarqué quand on réalise des portraits.

Les inclinaisons permettent également de profiter des différentes incidences de la lumière du jour. De ce fait, l’on profite de l’éclairage idéal pour réaliser son travail, car au cours de la journée, la position de la lumière change. On peut alors déplacer le chevalet, et le régler à l’inclinaison voulue.

Le mouvement vertical du support sur les rails permet d’ajuster la hauteur des toiles pour peindre plus confortablement.

Combien coûte un chevalet de peinture ?

chevalet de peinture en pinLe choix d’un chevalet dépend en premier lieu du budget que l’on souhaite dépenser pour ce support. En effet, il existe un grand contraste au niveau des prix sur le site comparateur de chevalets de peinture à savoir entre 10 € pour les entrées de gamme et 600 € pour les modèles les plus luxueux.

Tout d’abord, ce prix change en fonction du type de chevalet. Les modèles atelier (le trépied ou le chevalet à structure en H) sont les plus onéreux de tous. Quant aux chevalets à boîte, on peut en acquérir un dès une quarantaine d’euros.

Ce prix augmente aussi en fonction des options supplémentaires qui accompagnent le chevalet. Les tiroirs, les compartiments, avec ou sans manivelles,… bref, nombreuses sont les alternatives possibles.

Le type de bois utilisé est également un facteur qui fait varier ce prix. Le bois le plus courant et le moins cher de tous est le pin. En effet, les modèles en pin s’acquièrent à partir de 10 €, ou même moins. Si l’on recherche la robustesse dans un chevalet, mieux vaut miser sur le hêtre, qui a déjà fait ses preuves. Cependant, il faudra aussi se préparer au prix qui est un peu plus élevé par rapport aux chevalets en pin.